Publications

Point sur la nouvelle demande de tenue d’une assemblée générale par un copropriétaire

vendredi 3 juillet 2020
par Lasaygues

Focus sur le nouvel article 8-1 du décret du 17 mars 1967, d’application de l’article 17-1 AA de la loi du 10 juillet 1965, permettant à un copropriétaire de demander au syndic qu’il convoque et tienne à ses frais une assemblée générale pour faire inscrire à l’ordre du jour des questions ne concernant que ses droits ou obligations.

À la suite de la loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018, dite loi ELAN, et de l’ordonnance n° 2019-1101 du 30 octobre 2019, le décret n° 2020-834 du 2 juillet 2020 est venu mettre à jour et toiletter le décret n° 67-223 du 17 mars 1967.

Le texte précise que la demande faite par un ou plusieurs copropriétaires de convoquer une assemblée générale à leurs frais, en application de l’article 17-1 AA, doit être notifiée au syndic et doit préciser la ou les questions dont l’inscription à l’ordre du jour est demandée. Pour mémoire, la notification s’entend ici au sens de l’article 63 du décret du 17 mars 1967 d’un envoi au syndic par lettre recommandée avec avis de réception ou par remise contre récépissé ou émargement.

Décr. n° 2020-834, 2 juill. 2020, art. 9, JO 3 juill.

Décret n° 2020-834 du 2 juillet 2020 pris pour l’application de l’ordonnance n° 2019-1101 du 30 octobre 2019 portant réforme du droit de la copropriété des immeubles bâtis et relatif à diverses mesures concernant le fonctionnement de la copropriété, JORF n°0163 du 3 juillet 2020, texte n° 3, extrait : (…) Publics concernés : copropriétaires, membres des conseils syndicaux, syndics, assureurs. Objet : modalités de mise en œuvre des mesures nouvelles introduites dans la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965 modifiée fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis, par l’ordonnance n° 2019-1101 du 30 octobre 2019 portant réforme du droit de la copropriété des immeubles bâtis ; Diverses mesures concernant le fonctionnement de la copropriété (notifications et mises en demeure par voie électronique, avances exigibles par le syndic etc.). Entrée en vigueur : les dispositions de l’article 29 du décret entrent en vigueur le 31 décembre 2020 . Pour les syndics ayant été dispensés de l’obligation d’ouvrir un compte séparé au nom du syndicat, les dispositions du c du 12° et du a du 13° de l’article 50 du décret, relatives au contrat type, s’appliquent aux contrats de syndic conclus à compter du 31 décembre 2020. Les autres modifications du contrat type s’appliquent aux contrats de syndic conclus postérieurement à l’entrée en vigueur du décret. Les dispositions de l’article 9, de l’article 13, du 4° de l’article 14, de l’article 25, du 2° de l’article 26 et de l’article 27 du décret s’appliquent aux assemblées générales des copropriétaires tenues à compter du 31 décembre 2020. Les autres dispositions du texte entrent en vigueur le lendemain de sa publication. Notice : conditions d’organisation d’une assemblée générale à la demande de tout copropriétaire afin de faire inscrire à l’ordre du jour une ou plusieurs questions concernant ses droits ou obligations ; Informations à transmettre par un copropriétaire souhaitant faire réaliser des travaux d’accessibilité et inscription obligatoire à l’ordre du jour de l’éventuelle opposition de l’assemblée générale à de tels travaux ; Modalités de vote par correspondance (conditions de délais, de transmission du formulaire de vote au syndic, de prise en compte du vote) ; Encadrement de l’exercice des délégations accordées au conseil syndical par l’assemblée générale ; Modalités de mise en œuvre de la consultation des copropriétaires dans les petites copropriétés ; Diverses mesures concernant les syndicats dont les voix sont réparties entre deux copropriétaires ; Modalités de mise en œuvre de nouvelles procédures judiciaires introduites par l’ordonnance du 30 octobre 2019 ; Coordination et mise en cohérence du décret du 17 mars 1967 ainsi que de ses annexes avec les dispositions prises par l’ordonnance du 30 octobre 2019. Références : le texte est pris pour application de l’ordonnance n° 2019-1101 du 30 octobre 2019 portant réforme du droit de la copropriété des immeubles bâtis.

Autres actualités

Études géotechniques : que les contrats conclus à partir du 1er octobre 2020 exclusivement concernés

Un arrêté du 22 juillet 2020 a défini le contenu des études géotechniques à réaliser dans les zones exposées au phénomène de mouvement de terrain différentiel constitutif à la sécheresse et à la réhydratation des sols (A. n° LOGL2019476A, 22 juill. 2020 ; V. Sécheresse et réhydratation des sols : contenu des études géotechniques à […]

Vente d’un logement consécutive à la division de l’immeuble dont il dépend : droit de préemption du locataire

Lorsqu’un logement fait l’objet d’une première vente après la division ou subdivision de l’immeuble dont il dépend, le locataire ou l’occupant de bonne foi bénéficie d’un droit de préemption en vertu de l’article 10 de la loi n° 75-1351 du 31 décembre 1975 relative à la protection des occupants de locaux à usage d’habitation. Par sa […]

Location de locaux nus à usage professionnel imposables sur option : la propagation automatique des effets de l’option a l’entier immeuble contraire a la directive TVA

Il résulte des articles 260, 2° du CGI et 193 de l’annexe II à ce code, interprétés conformément à l’article 137 de la directive du 28 novembre 2006 qu’ils transposent (Cons. UE, dir. 200-/112/CE, 28 nov. 2006), qu’un contribuable a la faculté d’opter pour la soumission à la TVA de la location de certains seulement des locaux qu’il exploite […]