Publications

6 mois à compter de l’achèvement ! le nouveau délai de l’article R. 600-3 du code de l’urbanisme

mercredi 18 juillet 2018
par Lasaygues

Le décret n°2018-617 du 17 juillet 2018 publié le 18 juillet 2018 au journal officiel de la République réduit de un an à six mois à compter de l’achèvement d’une construction ou d’un aménagement, le délai à l’expiration duquel il n’est plus possible de demander l’annulation d’un permis de construire ou d’aménager ou d’une décision de non-opposition à une déclaration préalable.

Cette disposition est applicable aux requêtes dirigées contre des décisions intervenues après le 1er octobre 2018.

Ce décret prévoit également la création des nouveaux articles R.600-4 à R.600-7 du code de l’urbanisme ayant pour objet respectivement :  l’obligation de production des pièces démontrant l’intérêt à agir, une limitation à deux mois à compter de la communication aux parties du premier mémoire en défense de la durée pendant laquelle les parties peuvent invoquer de nouveaux arguments, la fixation d’un délai de jugement maximum de 10 mois pour certaines autorisations et la délivrance d’un certificat de non-recours par les juridictions.

 

Pour lire le décret

Autres actualités

Circulaire relative à la mise en œuvre de la publicité des actes de notoriété des immeubles situés en Corse et en Outre-mer

La circulaire du ministère de la Justice du 4 juillet 2018 met en œuvre le décret n° 2017-1802 du 28 décembre 2017 relatif à l’acte de notoriété portant sur un immeuble situé en Corse, en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, à La Réunion, à Mayotte ou à Saint-Martin. Elle précise le contexte juridique dans lequel s’inscrit le […]

Nature de l’action engagée sur le fondement de la faute dolosive du constructeur

L’action engagée sur le fondement de la faute dolosive du constructeur est une action contractuelle transmissible aux acquéreurs successifs. Cass. 3e civ., 12 juill. 2018, n° 17-20.627, extrait : (…) Mais attendu qu’ayant retenu, à bon droit, que l’action engagée par les consorts X…, sur le fondement de la faute dolosive du constructeur, s’analysait en […]